Quelles différences entre huile, huile cire, huile dure et huile phase aqueuse ?
S’il n’est pas rare de voir un parquet vitrifié ou ciré, les parquets huilés deviennent de plus en plus prisés pour leur aspect élégant. Il existe de nombreuses huiles disponibles sur le marché à utiliser selon le rendu souhaité et le type de parquet à traiter. Découvrez les principales différences entre ces différentes catégories d’huiles ainsi que tout ce dont vous devez savoir les concernant.


Les intérêts d’huiler son parquet

Avant tout, il est important de rappeler qu’huiler un parquet n’est possible que sur une surface encore brute ou qui a déjà été huilée auparavant. Il est donc impossible de réaliser cette opération sur un parquet ciré ou vitrifié.


Non seulement ce processus permet de protéger le bois de l’usure et de la poussière, mais le nourrit également en profondeur. L’huile utilisée possède des vertus telles que la conservation de l’aspect d’origine du bois ainsi que son éclat.

Utiliser de l’huile sur le parquet est toutefois une action irréversible. En effet, la substance pénètre en profondeur dans la matière, ce qui rend le ponçage et le décapage efficace uniquement en surface.

Huiler le parquet permet de garder l’authenticité du bois et toute son esthétique. Si vous parvenez à entretenir convenablement et régulièrement votre parquet avec de l’huile, vous remarquerez qu’il se bonifie avec le temps.


Les huiles naturelles

Il s’agit généralement d’huile de lin ou de résine à base de cette huile non modifiée. Ces substances possèdent un délai de séchage relativement long, ce qui contraint toute la zone traitée à être inutilisable pendant un certain temps.

Une teinte jaunâtre apparait sur le parquet au bout de quelques semaines d’application suite à l’effet de l’huile de lin. L’effet de cette huile ayant tendance à s’estomper rapidement, le parquet nécessite un entretien plus fréquent et plus rigoureux, gorgeant le bois d’huile et rendant pratiquement inefficace toute autre méthode de mise en valeur telle que la vitrification.

Cette huile connait un succès relatif auprès des consommateurs, notamment ceux qui optent pour le respect de l’environnement. En effet, l’absence de transformation de l’huile lui permet d’être plus écologique que toute autre catégorie d’huile... à part  les huiles en phase aqueuse. 

A noter que les mélanges huile de lin / essence de térébenthine ou autre sont à proscrire au profit de produits qui protègeront réellement le parquet contre les taches et l'usure et ne nécessiteront pas non plus d'être re-huiler tous les 6 à 12 mois...

L'huile pour parquet classique

Les huiles classiques ont été formulées par les industriels afin de proposer une alternative stable et durable aux mélanges maison d'huile de lin et solvant. 

Ce sont des produits riches et qui demandent un lustrage pour enlever le surplus non absorbé par le bois. Les Huiles pour parquet classiques offrent un aspect mat-soyeux qui a fait leur succès. Longtemps proposées par les professionnels pour leur facilité d'application, elles perdent du terrain face aux huiles cires et à l'huile dure qui d'alternatives sont passées à leader grâce à l'évolution des formules permettant une protection plus efficace ou un meilleur rendement au m².

 

Les huiles-cires

Les huiles-cires sont le résultat d’un mélange méticuleusement équilibré d’huile et de cire. Ainsi, la substance obtenue possède la dureté et la résistance des huiles transformées tout en gardant les propriétés de rapidité de lustrage et de souplesse des cires.

Les huiles-cires s’appliquent facilement et rapidement sur la surface du parquet. Pour accentuer leur efficacité, vous pouvez vous aider d’une monobrosse afin d'imprégner le bois de manière optimale.

Leur utilisation convient aux applications domestiques dans la mesure où elles ne nécessitent pas obligatoirement l’emploi d‘une machine, mais peut être effectuée à la main en frottant avec un chiffon en coton ou un pad blanc. 

Les huiles-cires offrent un rendu naturel et soyeux laissant apparaitre le veinage du bois très apprécié de la clientèle. C’est d’ailleurs dans cette catégorie que les gammes de teintes sont les plus étendues sur le marché, de quoi avoir un aperçu de son succès.

A noter que les huiles cires sont forcément solvantées et dégagent un odeur forte mais pas désagréable. Pas vraiment écologique lorsqu'elles dépassent les seuils autorisés, nous avons décidé de ne poursuivre la commercialisation que d'un modèle: l'huile cire Oli Natura. 

 

Les huiles dures

La particularité d’une huile dure est qu'elles ne nécessitent l'application que d'une seule couche et qu’en séchant, elle crée un film protecteur très fin sur la surface du parquet.

Sa grande différence avec un vernis est que ce dernier n’agit pas en profondeur, mais se pose uniquement sur la surface du bois, tandis que l’huile dure s’imprègne quasiment dans tout le bois et le laisse respirer même après de nombreuses couches successives.

D’une manière générale, une huile dure est composée d’huile végétale ayant pour fonction de nourrir le bois en profondeur, prévenant ainsi son dessèchement ainsi que l’apparition des crevasses, des fissures et des craquelures.

Elle se compose également de résines naturelles qui auront pour but de créer un film protecteur pour prévenir l’usure sur sa surface.

Enfin, le troisième ingrédient qui la constitue à hauteur de 2 à 5% en fonction des marques est le solvant ayant pour mission d’accélérer le séchage et garder un produit liquide facile à appliquer. 

C'est un produit très peu solvanté (le minimum possible) et qui malgré un prix au litre plus élevé que toutes les autres huiles s'avèrent plus économique. En effet, les huiles dures ne nécessitent l'application que d'une seule couche et à hauteur de 40 à 70m² par litre en fonction de la marque et de la main de l'applicateur contre 2 couches à hauteur de 20/25m² par litre et par couche pour les huiles et huiles cires et 3 couches pour les huiles en phase aqueuse et 15m² au litre par couche...

En Bref, le prix au m² est plus important à regarder que le prix au litre. 

Les huiles en phase aqueuse

Les huiles en phase aqueuse sont le résultat d’un processus d’émulsion, c’est-à-dire le mélange de deux liquides naturellement non-miscibles (à savoir l’eau et l’huile).

Afin d’obtenir un tel résultat, il est nécessaire d’avoir recours à un émulsifiant qui va neutraliser le phénomène de répulsion entre l’eau et l’huile.

Le plus grand avantage de l’huile en phase aqueuse est qu’elle permet une vitesse de pénétration très élevée dans le bois tout en assurant un séchage rapide. Certaines marques sont tellement rapides que le parquet peut être utilisé 4 heures après la pose.

Il existe aujourd’hui de plus en plus d’huiles en phase aqueuse écologiques combinées à une grande facilité d'application faisant de cette gamme le choix de prédilection des projets DIY. Ne laissant aucune odeur et ne nécessitant aucun lustrage, elles mettent naturellement en valeur le teint du bois.

L’entretien du parquet est facile et l’huile en phase aqueuse le protège convenablement. Il s’agit d’une solution très facile à mettre en oeuvre quoique nécessitant un léger poncage avant l'application de la dernière couche afin de garder un toucher lisse (les pores du bois se dressent au contact de la partie eau) et en 3 couches (attention donc au rendement et donc au prix au m²).

Ces articles pourraient vous intéresser

Le parquet en pin, une bonne idée ?
Le parquet en pin, une bonne idée ?
Le parquet en pin convient à la fois aux décorations contemporaines et rustiques. C’est une des raisons pour lesquelles
Lire plus...
Comment nettoyer un parquet en bois vitrifié ?
Comment nettoyer un parquet en bois vitrifié ?
Le nettoyage est une opération incontournable pour un intérieur propre et agréable. Concernant le sol, tout dépend de la
Lire plus...
Comment couper un parquet flottant ?
Comment couper un parquet flottant ?
Lors de la pose du parquet flottant ou stratifié, la découpe des lames de plancher est inévitable notamment au moment de
Lire plus...
laissez un commentaire